Confessions d’une Bénévole

M’Bour – Centre de soins, dans les terres – 15/02/13

Lorsque je suis sortie de chez Souleymanne ce matin pour me rendre au centre, j’ai découvert des enfants endormis devant l’entrée de la maison. DSC01697Ils avaient à côté d’eux une gamelle jaune, vide. Amari m’a dit qu’ils venaient régulièrement se poser ici.. Et attendaient qu’on leur donne à manger. Je suis retournée dans ma chambre prendre les gâteaux que j’avais acheté la veille au magasin “Avalanche”, et je leur ai donné. Ils étaient très calme, et semblaient paisible mais.. fatigués. 

Je monte en taxi en compagnie d’Amara. Nous en profitons pour discuter de sa vie, ses origines. Il me dit être originaire de Touba, et qu’il a décidé de quitter sa famille pour poursuivre des études universitaires. Il me raconte qu’il aimerait pouvoir étudier à l’étranger et apprendre plus de choses. Il est vrai que les moyens mis à sa disposition ici sont très primaires voir inexistants. L’association Pour une enfance reçoit divers dons mais ce n’est malheureusement pas suffisant.

Nous arrivons enfin au centre. C’est la distribution de ballons aujourd’hui !! Je suis de corvée de “gonflage” 🙂 les enfants sont très contents et s’amusent. Leurs rires résonnent dans la pièce. 

              DSC01720     DSC01726 

 Un homme vêtu d’un habit blanc se tient devant la porte. Amara me dit qu’il s’agit de l’Imam du quartier.

 Je me dirige vers lui et demande à Amara de servir d’interprête. Je demande à l’Imam comment est-ce que des enfants, qui ont été confiés aux Marabouts dans l’unique but d’apprendre le Coran, se retrouvent à errer dans les rues et mendier de la nourriture ou de l’argent ? DSC01493L’Imam qui est très courtois semble être sympatique prend le temps de répondre à mes questions. Il me dit que “les marabouts ont déjà leurs propres enfants à  loger et nourrir, il leur est donc très difficile d’alimenter les Talibés. Etant donné que leurs parents ne versent aucune cotisation ils sont obligés de les envoyer chercher de quoi manger.” 

Je comprends bien.. mais si ces marabouts ont autant de mal à subvenir aux besoins de tous ces enfants alors pourquoi faire croire aux parents qu’ils vont s’occuper d’eux ? Et pourquoi certains marabouts les maltraites ?

En plus, je n’ai pas l’impression que certains de ces enfants vont à l’école coranique.

L’Imam se montre à l’écoute de chacune de mes questions qui ne semble pas du tout le perturbé. “Il essaie de m’expliquer qu’il y a certains marabouts qui effectivement se servent des enfants mais qu’il n’a pas de pouvoir à côté des Mabarouts, et qu’il ne peut donc rien faire.”

DSC01502

 

  

M’Bour – Centre de soins, proche Hôpital – 14/02/13

L’appel à la prière s’étend jusqu’à ma fenêtre. Du haut de son minaret, le muezzin appelle les fidèles à prier.

Le centre va ouvrir ses portes dans quelques heures. Je n’arrive plus à me rendormir.. Je repense à ces derniers jours passés au centre. Mon coeur se tort de peine. IMG_1408Comment est-ce possible qu’au 21ème siècle des enfants puissent encore souffrir de malnutrition ou pire.. mourir de faim? Soeur Emmanuelle l’évoquait dans son livre.. Là où dans certains pays le mot d’ordre est « Régime » ou « Gaspillage » de nourriture, dans d’autres pays on rêve désespérement de se remplir le ventre d’un bout de pain ou de quelques grains de riz..  Je n’émets aucune critique envers quiconque, je serai dans ce cas très mal placée.. Seulement un constat effroyable qui refait surface.. Et qui me fait culpabiliser. Moi la Toubab qui vient en aide aux Talibés, sachant pertinement qu’un doux foyer et de la nourriture à volonté m’attendent à mon retour en France.. Est-ce réellement une bonne action que je suis en train d’entreprendre ? N’aurait-il pas été plus judicieux d’utiliser l’argent de mon billet d’avion pour aider le centre ? A méditer. Bon.. il ne sert à rien de se remettre en question ou de se torturer l’esprit maintenant. Je suis là pour aider, non pas pour me morfondre. J’imagine très bien soeur Emmanuelle (si elle avait été encore parmi nous) me secouer et me dire « Yalla ma fille ! Cesse de t’accabler de sombres pensées, Bouge toi ! ». DSC01534Il faut que je me creuse les méninges pour trouver une idée qui pourrait aider ces enfants. Au bout de quelques secondes, j’arrive tout de même à avoir une idée qui est pourtant d’une évidence telle que je me demande comment j’ai fait pour ne pas y avoir penser avant ! Ouvrir une cantine dans le centre ! Ca paraît simple mais encore faut-il trouver les sponsors.. moins évident. Mais bon avec du travail j’y arriverai !

Amara tape à ma porte, je ne me suis pas rendu compte de l’heure ! Il est 8h15 ! Je m’empresse de me lever et de me preparer pour le centre.

IMG_1274Les premiers talibés sont déjà là à nous attendre. Amara ouvre l’infirmerie, désinfecte la salle de soins puis prend un livre et étudie. Il voudrait intégrer des études supérieures afin de devenir médecin. Je reste avec les enfants dans la salle de jeux et leur distribue des coloriages qu’ils s’empressent de faire.      D’autres enfants franchissent le pas de la porte, je les invite à se joindre à nous d’un geste amical. A chaque fois que l’un d’entre eux porte un regard sur moi, je suis sur le point de tomber en sanglot. Mais je n’ai pas la droit. Pas le droit de me montrer aussi faible alors qu’eux m’affichent toujours leurs plus beaux sourires. IMG_1265

Pas le droit de montrer une once de tristesse quand eux rient du plus profond de leurs coeurs.  

Quelques activités se mettent en place. La barrière de la langue fait qu’il est un peu difficile de communiquer mais les enfants sont très intelligents et arrive à se faire comprendre. Chacun me demande de porter un regard sur leurs chef-d’oeuvre, et… de les prendre en photo !!

Ils aiment se voir en photo, ça les amuse !!

M’Bour – Centre de soins, proche Hôpital – 12/02/13

Amara et moi-même apercevons au loin des enfants qui attendent devant la porte d’entrée du centre. L’infirmier s’occupe des petites blessures, tandis que de mon côté je m’occupe de l’animation. Une partie de foot s’improvise. On entend des rires, et des cris de joie quand ils marquent un but. Les enfants imitent parfaitement les  footballeurs pro. Ils me font penser à Cheik un des locataires de Souleymane dont le rêve est de devenir footballeur (et de venir en Europe).

DSC01679Les enfants sont très tactiles et joueurs.  Ils aiment qu’on leur porte de l’attention. Amara en a terminé avec son dernier patient. Il me demande de le rejoindre afin de faire le tri dans le matériel médical que j’ai apporté. Une partie sera conservée par le centre et ce qu’Amara ne peut utiliser sera remis à l’hôpital de M’Bour. Une fois le tri terminé, nous fermons les portes du centre et nous nous dirigeons vers l’hôpital. La secrétaire appelle le Directeur de l’Hôpital M. Diaw et nous fait patienter dans la salle d’attente.

Au bout d’environ 20 minutes, M. Diaw est là. Il connaît déjà Amara. Je me présente, et nous commençons à discuter des Talibés. M. Diaw veut s’assurer que les bénévoles des diverses associations ne changent pas le mode de vie des Talibés mais leur apporte juste une aide médicale. J’ai l’impression qu’il a peur qu’on change leur mode de vie et qu’on leur donne une éducation à la française. Je le rassure à ce niveau-là, et lui explique le seul et unique but de ma mission. Je ne me prétend pas être là pour changer quoique ce soit, mais pour mieux m’informer et comprendre. Ça fait seulement 2 jours que je côtoie les Talibés, et je peux dire que j’apprends beaucoup d’eux. Nous demandons à M. Diaw si nous pouvons visiter l’hôpital, il nous présente l’infirmier Chef. Ce dernier nous fait visiter les différents blocs (Chirurgie, Pédiatrie..). Quand nous sortons de l’hôpital, la chaleur est accablante. Le soleil est à son zénith. Nous sommes sur le chemin de retour.

M’Bour – Centre de soins, dans les terres – 11/02/13

La porte d’entrée du nouveau centre est ouverte. Le dispensaire et la salle de jeux sont prêts à recevoir les éventuelles visites.

Deux enfants entrent timidement. Le plus grand explique que son petit frère s’est blessé à la tête, et que lui a mal à la gorge. Amara s’occupe d’eux. Ensuite entre une femme qui a l’air complètement assommé par la douleur. Amara la prend en charge. J’attends à l’extérieur de la salle.

J’aperçois à côté de la porte d’entrée une petite tête qui hésite à entrer. Je lui fais signe de venir, et lui montre la salle de jeux. J’essaie de lui expliquer avec des signes comment jouer aux jeux. Le petit qui m’a l’air très malin comprend rapidement. Quelques minutes plus tard, d’autres enfants s’arrêtent devant la porte d’entrée mais n’osent pas la franchir. Je leur fais comprendre qu’ils peuvent entrer. Ces enfants vivent dans la rue et peine à se nourrir convenablement. DSC01514

Il est 2h du matin et je n’arrive pas à dormir.. Bientôt 3 jours que je suis là. Je repense au livre de Sœur Emmanuelle “La richesse de la pauvreté”, que j’avais lu il y a maintenant presque 10 ans. Elle relate dans sa biographie la vie dans les bidonvilles du Caire et compare aux vies en Occident.

Sœur Emmanuelle avait raison, on pense que les enfants des bidonvilles sont tristes et miséreux alors que c’est le contraire, ils portent en eux une grande richesse, et à vrai dire ils ont l’air plutôt heureux.

France ~ 21/01/2013

Mon départ pour le Sénégal approche à grands pas…

Cette terre qui m’était hier encore presque inconnue, devient de plus en plus une réalité avec la concrétisation de mon voyage. Des personnalités comme Youssou N’Dour, Akon, Sakho ou Mouss Diouf ont permis au Sénégal de se transporter bien au-delà de la méditerranée. Un mélange d’excitation et de curiosité se mêlent dans ma tête.

C’est une terre où l’on entends dire pas mal de choses assez controversés notamment au sujet des conditions de vies des enfants (pauvreté, maltraitance, Abus sexuels …)

Lors de ma mission, je partagerai avec vous mon quotidien dans une famille Sénégalaise qui voue une partie de leur vie à aider les Talibés. Au travers de mes articles, je laisserai la parole aux principaux concernés.

One Response to Confessions d’une Bénévole

  1. AxelC says:

    JE suis tres tres content de ta demarche ma chere amie d’enfance!! je suivrais de tres tres pres cela 😉

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s